Arche de Noé

Bibliothèque numérique

Cléopâtre VII. Dernière reine d’Égypte Antique.

Dans cette pièce, certains éléments peuvent être romancés par rapport à la réalité historique.

Les personnages :
**La reine : Cléopâtre VII
Les enfants : Césarion, Ptolémée Philadelphe, Cléopâtre Séléné et Alexandre Hélios
Les accompagnatrices : Hétep, Nicotris, Sobek
Un serviteur de peau noire : Houni
** Consul de Rome : Jules César
Conseillers : 3
Guerriers : 7
**Marc Antoine 
Conseillers : 3 
Guerriers : 7
** Octave
Conseillers : 3
Les guerriers de César peuvent servir à Antoine et Octave.
Les costumes de la période romaine, et de la période pharaonique,  l’Égypte Antique. Décor aussi.

Rideau baissé ou les lumières éteintes
Musique
Narrateur : Reine de l’Égypte Antique. Après le décès de son père Ptolémée XII, Cléopâtre VII, âgée de 20 ans et son frère cadet Ptolémée XIII devaient régner sur l’Égypte, mais le frère chassa sa sœur à Alexandrie, où le Nil, entouré de terres fertiles, favorisait la prospérité de cette région. Alexandrie était héritière d’une culture trois fois millénaire, ce qui n’était pas le cas pour les autres empires ou dynasties.
Scène (décor, selon les moyens de chaque équipe)
Musique orientale. Alexandrie. Salle de palais. Trône, coussins artisanaux, tapis, poufs, lions ou tigres en peluche. Des gardiens, près de la porte (la sortie de la scène), deux serviteurs près du trône, des éventails aux mains. Une décoration pharaonienne. Cléopâtre entre en scène, la tête haute, les épaules bien droites, suivie des 3 filles, et derrière, un serviteur noir. Elle s’assoit énergiquement, deux serviteurs, déjà en place, lui envoient de l’air avec deux éventails. Les filles s’assoient par terre, et la regardent, souriantes.
Hétep : La beauté de notre reine n’a pas d’égale. Vous n’avez que 20 ans, vous êtes dans la fleur de l’âge…
Nicotris : Le parfum que dégage notre reine arrive à Rome !
Un rire des filles, un sourire de la reine avec un acquiescement et une fierté incomparable. D’un pas déterminé, le général de guerre entre, et se dirige droit vers le trône, puis fait une révérence et attend.
Cléopâtre : Quelle nouvelle avez-vous à nous annoncer ?
Général : La flotte de Jules César est aux portes d’Alexandrie, Majesté !
Cléopâtre : Et qu’a décidé mon frère Ptolémée XIII, qui m’a chassée, et ne m’a laissé qu’Alexandrie ?
Général : Il est déterminé à affronter l’armée de César !
Cléopâtre lève la main, un signe pour que les filles s’en aillent, puis se lève, et fait trois pas, l’air vengeur…
Cléopâtre : Serait-il capable d’anéantir un puissant homme qui colonise même les terres par où il devrait juste transiter ? Hmmm ! Mon frère, l’heure est venue pour que je te montre de quoi je suis capable…
Elle se tourne vers le général de guerre.
Cléopâtre : Où s’est installé Jules César ?
Général : Dans les appartements du sud, ma reine.
Elle lève la main, le dos tourné au général. Il s’incline avant de s’en aller.
Un autre signe de la main à un gardien, qui s’incline et sort convoquer les filles. Les trois filles arrivent avec des paniers pleins et couverts, le serviteur noir, tenant un tapis dans les mains. La reine s’allonge sur le tapis, se rassoit, dit à son serviteur, sans le regarder :
Cléopâtre : Emmène-moi à César, il va déguster le fruit d’Alexandrie, et ne pourra plus s’en passer !
Sobek : Faut-il vous cacher pour parvenir à César, ou c’est une manière de séduire, ma reine ?
Nicotris : Non, les gardes pourraient l’empêcher d’entrer… il vaut mieux que notre reine se dissimule !
Rire des filles.
Cléopâtre : Je mets toutes les chances de mon côté pour le rencontrer avant mon frère.
Le serviteur l’enroule dans le tapis, la met sur son épaule, et tous sortent de la scène.

Rabaissement du rideau ou extinction des lumières

  Musique.

Narrateur : Jules César, Consul de l’Empire romain, qui s’emparait des terres et des biens de tout peuple, posa les yeux sur l’Égypte, une autre conquête, pour satisfaire les besoins de ses légionnaires, et nourrir Rome.
Scène
Dans les appartements de César il n’y a pas de trône, mais une décoration pharaonienne.
César le dos tourné. Cléopâtre fait son entrée, très belle dans des vêtements sexy et séduisants. Il se retourne, montre sa surprise, son émotion devant une telle beauté. Elle s’approche de lui, lui lance des regards charmeurs, tourne autour de lui…comportement séducteur…
Cléopâtre : César nous a convoqués, Ptolémée XIII et moi, mais sachez que mon frère va vous faire la guerre. Le temps que votre flotte de renfort arrive, vos guerriers seront massacrés.
Elle fait deux pas, avance, met ses mains sur ses épaules, le dévisage.
Cléopâtre : Unissons nos forces. Je connais la mer, les vents qui se lèvent, mieux que quiconque !
Il lui tient les mains, sourit, les repose, apparemment, son charme fait son effet, il approche son visage du sien, veut l’embrasser, mais il se ressaisit, quand son général de guerre fait irruption, il tourne la tête pour voir ce qu’il en est.
Général : Grand César, votre flotte est arrivée à temps, ceux qui ont voulu se comparer à vous, vous faire la guerre sont anéantis.
César regarde avec un sourire de triomphe Cléopâtre, lève la main pour que le général dispose.
César : Que vous disais-je ? César n’a besoin d’aucune alliance pour prendre ce qu’il veut.
Cléopâtre : Que va devenir mon pays ?
César : Le grenier de Rome
Cléopâtre : Et pour la reine d’Égypte ?
César met la main sous le menton de Cléopâtre, lui lève un peu le visage, la regarde, descend le regard vers sa poitrine, et avec un sourire fin, des yeux doux :
César : Je vous garderai pour mon usage personnel.
Il la prend par les épaules, les yeux pétillants
César : Dorénavant, vous êtes mienne.
Cléopâtre : Et le pacte qu’a signé le sénat avec mon père ?
Il se rapproche encore plus d’elle, lui touche le visage.
César : Je ne vois pas votre père qui a signé le pacte… Je ne vois devant moi qu’une terre fertile, débordante de chaleur et n’attendant qu’à être ensemencée…
Cléopâtre joue sa dernière carte, met sa main autour de la taille de Jules, le tire vers une couche, l’assoit.
Cléopâtre : Alors fêtons votre victoire, grand conquérant !
À ce moment, des serviteurs entrent avec des paniers de fruits, des carafes de vin, des danseuses arrivent, on lance la musique. Et la fête à l’orientale commence en présence des légionnaires de César.

Rabaissement du rideau ou extinction des lumières

Musique
Narrateur : Aussi belle qu’intelligente, Cléopâtre réussit à garder l’Égypte libre, et demeurer reine absolue. De leur union, naquit un petit garçon Ptolémée XV ou Césarion. César perpétua les conquêtes, la belle vie auprès de la reine d’Égypte, mais à Rome, au sénat, les ennemis devinrent de plus en plus nombreux, puissants, ne supportant pas la présence de Cléopâtre et son fils qu’ils traitèrent de « bâtard ». César retourna à Rome, et malgré les conseils, il ne prit aucune précaution, pour se protéger des ennemis, et continua comme si de rien n’était. L’arrivée de Cléopâtre et son fils à Rome, mit le feu aux poudres. Au sénat, César fut poignardé. Cléopâtre s’enfuit avec Césarion à Alexandrie.
Scène
Cléopâtre à Alexandrie, en train de se faire masser, entourée des trois filles, et un serviteur noir, dans un coin de la scène, mine triste, mais déterminée.
Hétep : Majesté, Césarion remplira le vide qu’a laissé son père !
Nicotris : Vous êtes si belle, si séduisante, aucune beauté ne peut égaler celle de notre reine.
Sobek : Votre Majesté…
Cléopâtre fait un signe de la main pour qu’elles se taisent, en colère, mais se maîtrisant.
Cléopâtre : Moi, reine d’Égypte, je quitte Rome comme un cambrioleur, hum !
Puis elle baisse la tête pour que les filles continuent le massage. Le général de guerre entre, fait une révérence. Elle tourne la tête, toujours allongée sur le ventre.
Cléopâtre : Qu’a-t-il encore de pire à m’annoncer ?
Général : Octave, le neveu de César et son fils adoptif, a partagé le territoire avec Marc Antoine, conseiller de César au sénat.
Elle s’assoit énergiquement.
Cléopâtre : Qu’en est-il de l’Égypte ?
Général : Elle fait partie du lot d’Antoine.
Cléopâtre : Que savez-vous sur lui ?
Hétep : Malgré sa puissance, il fond comme une bougie dans les bras des belles femmes !
Nicotris : Il s’empare des belles femmes comme il s’empare des terres !
Sobek : Très romantique ! Mais j’ai ouï dire, que sa femme est une noix creuse, elle ne réussit pas à lui donner d’enfant.
Hétep : Césarion est le seul héritier.
Rire des filles.
Elle se lève, un sourire fin aux lèvres, le serviteur noir lui apporte un grand miroir, elle se regarde, s’admire, et dit avec un air de revanche :
Cléopâtre : Je t’attends, mon cher Antoine ! Je ne te laisserai pas l’Égypte, coûte que coûte !
Général : C’est lui qui attend Votre Majesté ! Il a convoqué tous les souverains de la région !
Cléopâtre : La reine d’Égypte ne se déplace pas !!! Il veut me voir, il n’a qu’à venir à moi pour le faire, et il va voir ce qu’il n’a jamais vu et vécu auparavant.
Elle fait un geste de la main pour que le général dispose. Les filles s’avancent vers elle.
Cléopâtre : Préparez la fête la plus somptueuse qui soit, faites venir les plus belles danseuses, préparez les meilleurs encens, sortez les bons vins, invitez les plus belles femmes d’Alexandrie et de ses alentours, nous accueillerons Marc Antoine.
Hétep : Votre Majesté va tenter de remplacer Jules César ?
Cléopâtre : Je dois conquérir son cœur avant qu’il ne conquière mon pays.
Nicotris : Je prépare à Sa Majesté le même vêtement qui a fait tomber Jules César, et le même parfum ?
Cléopâtre : Je ferai tout pour garder l’Égypte libre et perpétuer la dynastie. Que je reste reine absolue de mon pays !
Rabaissement du rideau ou extinction des lumières
Musique
Narrateur : À l’arrivée de Marc, Cléopâtre comme précédemment, usa de son charme et de sa beauté pour sauver son pays et garder sa liberté. Il ne lui fallut pas longtemps pour que Marc Antoine tombât amoureux d’elle. De cette liaison naquirent trois enfants et Cléopâtre resta souveraine d’Égypte.
Scène
Salle de fête, le trône, les paniers de fruits, des carafes de bon vin, bien remplies, les filles dansent, la musique orientale. Antoine entre, avance vers Cléopâtre, fait un signe de la main, la musique s’arrête, les filles s’assoient. Cléopâtre, à l’approche d’Antoine, se lève, avance vers lui d’une démarche digne d’une reine, l’un face à l’autre, elle le dévisage d’un regard doux, le fixe dans les yeux, descend son regard vers ses lèvres, s’approche encore plus, à la stupéfaction d’Antoine, chamboulé d’émotion… Comportement et gestes séducteurs.
Cléopâtre : Qu’est-ce qu’on a manqué d’offrir à notre cher Antoine ?
Elle tourne autour de lui en le toisant, puis arrivant à son visage, le regarde tantôt dans les yeux tantôt sur les lèvres.
Cléopâtre : Nous sommes prêts à modeler les pyramides en carafes, le Nil en bon vin, pour le plaisir de notre hôte. Nos femmes sont à sa disposition pour assouvir le moindre de ses plaisirs, l’emporter au septième ciel, et ses légionnaires s’ils le souhaitent. Nos terres fertiles continueront à nourrir ses compatriotes, même s’il faut faire affamer les nôtres…
Elle lui tourne le dos.
Cléopâtre : Avons-nous manqué à notre hospitalité, mon cher Antoine ? À notre générosité envers les Romains ? Avons-nous envoyé des céréales de mauvaise qualité, ou des barriques de vin remplies juste à moitié ? Avons-nous failli à notre contrat ?
Il avance vers elle, fait une révérence amoureuse, une moue, des regards de séduction, la prend par la main, et la conduit sur son trône, sous les regards surpris de ses légionnaires. Puis, il fait signe pour que la fête commence.
La musique. Les filles dansent, offrent à boire aux soldats de Marc… les danseuses commencent à partir les unes après les autres, accompagnées chacune d’un légionnaire romain ou d’un autre, jusqu’à ce qu’il ne reste qu’une danseuse ; Antoine prend la main de Cléopâtre, et ils s’en vont à leur tour, la danseuse les suit en dansant.
Baisser de rideau ou extinction des lumières

Musique
Le narrateur : Marc Antoine passa des années à enchaîner les victoires, amasser le butin, s’enrichir, s’enivrer. Cléopâtre donna naissance à trois enfants : Ptolémée Philadelphe, Cléopâtre Séléné, et Alexandre Hélios.
Scène
Cléopâtre entre avec trois enfants (deux, du même âge, fille et garçon, et un autre garçon plus petit) qui se mettent à genoux, et font semblant de jouer, tantôt ils vont lui faire un câlin, tantôt ils se remettent à jouer. Elle s’assoit sur le trône…
Hétep : L’Égypte ne craint rien en votre règne, Majesté, vous savez amadouer les puissants conquérants et vous les avez mis de votre côté.
Cléopâtre : Pour Jules César, j’ai sauvé mon règne, mais pour Antoine, j’ai répondu à mon cœur. J’aime Antoine !
Nicotris : Il n’a d’yeux que pour vous, ma reine, il est fou amoureux de vous, jusqu’à négliger sa femme, la Romaine, qui lui a donné deux filles (rire).
Hétep : C’est la deuxième femme… La première étant décédée, Octave le maria avec sa sœur, pour sceller l’alliance.
Sobek : La sœur d’Octave ! Cet Octave qui devient de plus en plus hostile envers Marc. Jaloux de sa prospérité et de sa réputation !
Hétep : Jusqu’à ce qu’il lui refuse la flotte de renfort qu’il lui a promise et dont Marc avait besoin pendant la guerre contre les Parthes !
Cléopâtre : Et que pensez-vous de ce qui se dit sur votre reine à Rome ? Une souveraine qui a pu sauver son règne et son pays, n’est traitée que de « putain du Nil » ou au plus appelée « l’Égyptienne » ?
Sobek : La jalousie d’Octave envers Marc l’a poussé à salir tout ce qui le touche.
Nicotris : En plus, il craint qu’un jour Césarion vienne réclamer le trône de Jules César, que les enfants d’Antoine héritent de leur père.
Cléopâtre : Et que dites-vous des officiers de mon mari, qui ne me témoignent aucune gratitude ? Ils n’éprouvent pour moi que de la répugnance.
Hétep : Si ma reine peut me le permettre, vous ne pouvez pas faire tomber sous votre charme toute une armée !
Cléopâtre : Je ne veux pas d’eux dans mon lit, je les veux près de mes guerriers, et qu’ils suivent mes consignes et mes instructions.
Sobek : Ils ont fini par suivre vos instructions, lors de la bataille navale d’Actium, menée contre la flotte d’Octave, vous qui connaissez la mer et la levée des vents, ma reine !
Cléopâtre se lève, avance.
Cléopâtre : Octave ne l’a pas accepté. Il voit en moi et Césarion une vraie menace pour le sénat ; de plus, il est extrêmement jaloux de la prospérité d’Antoine…
Le général entre précipitamment, fait une révérence.
Cléopâtre : Qu’est-ce que vous avez à m’apporter comme nouvelles ?
Général : La flotte d’Octave est à nos portes.
Cléopâtre : L’armée d’Antoine saura les repousser.
Général : Les guerriers d’Antoine ont rejoint ceux d’Octave. Marc Antoine est seul, désarmé, Majesté. Octave a refusé le duel contre Marc.
Coup inattendu pour Cléopâtre, son visage se ferme, réaction digne d’une reine. Elle fait signe à Hétep, Hétep conduit les enfants dehors, ils vont quitter la scène.
Après quelques secondes de réflexion.
Cléopâtre : Allez dire à Marc que j’ai mis fin à ma vie, et que nous nous retrouverons dans l’au-delà pour continuer à vivre ensemble dans la noblesse, l’amour et la prospérité… Qu’Octave et ses sympathisants crèvent en enfer…
Rabaissement du rideau ou extinction des lumières
Musique
Le narrateur : Marc, mis au courant du faux suicide de Cléopâtre, se suicida en se jetant sur sa propre épée.
Scène
On entend des cris, des pleurs, la lumière revient. Cléopâtre, à genoux, est en train de pleurer son amour, en se tapant le visage, déchirant ses vêtements… Elle se relève, abattue, dit en pleurs :
Cléopâtre : De tous les hommes que j’ai connus, il n’y a que toi que j’ai aimé, Marc, que deviendrons-nous sans toi, que deviendra mon règne dans les mains de l’ennemi ?
Cléopâtre quitte la scène en pleurant, hurlant le prénom de son amour.
Octave entre en scène avec une démarche de victoire, haine et vengeance, se met sur le trône de Cléopâtre. Elle entre cette fois-ci seule, triste, abattue.
Cléopâtre : Que décidez-vous de faire de moi ?
Octave : Vous allez venir à Rome !
Cléopâtre : En tant que reine ou votre maîtresse ?
Octave : En tant que Cléopâtre !
Cléopâtre : Que deviendront les enfants de Marc ? Et Césarion ?
Octave : J’enverrai des hommes à la recherche de votre fils aîné.

Octave se lève et quitte la scène, suivi de ses guerriers. Cléopâtre s’assoit sur son trône, en pleurs, les filles entrent, s’approchent d’elle, un serviteur vient avec un panier contenant un cobra. Cléopâtre tend la main pour saisir le reptile…(le cobra en jouet)
Cléopâtre : Octave n’aura pas le plaisir de me rabaisser. Cléopâtre est venue au monde reine, et partira rejoindre son bien-aimé en reine.
Elle enroule sur son bras le cobra (bien sûr un cobra en jouet), demande aux filles et au serviteur de la laisser seule. Tout le monde quitte la scène ahuri, triste. Cléopâtre tombe par terre…
Rabaissement du rideau ou extinction des lumières
Musique
Le narrateur : avec la mort de Cléopâtre, l’assassinat de Césarion sur ordre d’Octave, l’exil des trois enfants de Marc, la fin d’une dynastie est inscrite dans le registre de l’Histoire.

  • Auteur : Rmili Fatiha
  • Date de parution : 19/03/2017
  • Thème : l’Histoire.
  • Morale :  Apprenons à tirer des leçons, de ceux qui nous ont précédés.
Vous avez aimé ce texte, partagez-le !
FacebookTwitterGoogle+
4+
Updated: 06/10/2017 — 07:40

2 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. Aimons la vie et vivons-la malgré tout.
    Cléopâtre incarne la belle vie. Elle arrive à y embarquer tout son monde.En dépit des guerres qui restent de simples prétextes pour passer d’une vie à une autre. Comme ses deux suicides (le faux et le vrai) qui constituent un entracte vers le paradis où elle donne rendez-vous à son grand amour Antoine.
    J’entends encore la musique et les tintements des coupes, les couleurs sont restées, les senteurs en effluves m’ont emporté très loin …
    Les ennemis n’y ont rien pu, ils tombent sous le charme de la reine d’Alexandrie. Quant à Octave, c’est l’ange de la mort qui ouvre les portes du paradis.
    NB. Nous restons dans la belle fiction.

    Sénégal

    Sénégal

  2. Bonjour à tous les membres 🙂
    En lisant la morale, je me suis posé la question :” quelle leçon, Cléopâtre peut me donner ?”
    Je vois que Cléopâtre n’a compté que sur la séduction. Elle n’a pas renforcé son armé ou s’était alliée à d’autres souverains, les Parthes par exemple. Ou même a trouvé un terrain d’entente avec ses deux frères…
    Marc Antoine, il est arrivé au sommet de la gloire, mais n’a pas su la préserver : Il faisait trop la fête, et ne renforçait pas le lien entre lui et ses légionnaires. Il s’éloignait d’eux, tout en leur demandant, alors qu’il connaissait leur point de vue envers Cléopâtre
    Pour Jules César : idem.
    Un ennemi, on le met devant soit pour garder toujours un œil sur lui, et non derrière, pour qu’il nous poignarde dans le dos.
    Conclusion : Il n’ y a pas mieux d’éviter de se faire des ennemis 🙂

    France

    France

Laisser un commentaire

Copyright © 2017-2018 . N° ISSN : 2554-7178 Chartes Infos légales Politique de confidentialité
error: Contenu Protégé !!