Arche de Noé

Bibliothèque numérique

L’étranger mystérieux

Àla lisière de notre village vivait un vieil homme dans un cabanon en bois. Le cabanon était rudimentaire, ses meubles lui furent offerts par ma mère et quelques voisines. Il portait toujours un froc gris-clair et une coule noire en hiver ; quand il faisait doux, il troquait la coule contre un scapulaire pour ne pas avoir trop chaud.

Le Vieil homme qui venait de s’installer chez nous se prénommait Jacques. Tous les villageois l’appelaient « le père Jacques », mais était-ce vraiment son prénom ? Personne ne pouvait répondre à cette question et personne ne pouvait savoir, pourquoi il se vêtait ainsi, car il sortait peu de son cabanon, évitait de discuter avec les gens, et s’isolait souvent dans la forêt d’en face.

Malgré son caractère d’homme solitaire, ma mère m’envoyait chaque jour, lui ramener ce qu’elle avait épargné pour lui, de nos repas du jour. Elle me tendait un panier rempli de je ne sais pas quoi, car sincèrement, jamais je ne regardais, même pas à la dérobée, ce qu’elle mettait dedans. Elle ajustait ma chemise, et me poussait gentiment dehors en balbutiant : « Dieu tout puissant, accepte cette offrande et épargne-nous de l’Enfer ! ». Puis, fermait la porte.

Ma mère ignorait qu’avec ses paroles, elle m’envoyait tremblant de peur ; les pensées s’en allant de toute part. « Comment Dieu le Bon, pouvait-il nous jeter en Enfer ? Pourquoi l’Enfer ? Pourquoi ne nous demanderait-il pas de nous mettre au coin, dans son immense trône, ou au pire des cas, nous demander de soulever un pied et mettre les deux mains sur la tête, ou même écrire cent fois « je dois être gentil », comme nous demande le maître en classe ? ».

    Arrivé chez le père Jacques, le cœur palpitant à tout allure, la peau de tout mon corps parcourue de fourmillements, je lui tendais le panier, il soulevait le coin de la serviette qui cachait les provisions, esquissait un fin sourire, remettait la serviette, et me demandait de l’accompagner. Dans la forêt, il saisissait le grand morceau de pain que maman lui avait donné, le coupait en miettes, et en mettait une poignée dans chaque nid d’oiseaux. Puis, nous nous asseyions sous un arbre ombrageux, pour manger le reste.

Un jour qu’il s’assoupit sous un grand arbre, et que je m’amusais à mettre de la boue dans mes mains et à les imprimer sur les arbres ou les rochers quand j’en trouvais, je me retournai tout à coup vers lui, et le vis en train de m’observer en souriant : «  Tu n’as pas besoin de salir tes mains pour laisser des empreintes jeune homme… Tes mains laissent des empreintes là où elles se posent, tes pieds laissent des empreintes là où ils marchent et ta langue grave des sentiments dans les cœurs, chaque fois que tu t’exprimes ». Je le regardai un bref instant avec des yeux étonnés, il me fit signe de m’approcher, de lui tendre la main ; il s’appuya sur moi, se leva, mit sa main droite sur mon épaule et nous reprîmes la route du retour, sans s’échanger un mot. Il parlait peu, ou n’aimait pas être bavard…

Aujourd’hui que je suis homme, époux et papa, je remercie ma mère, qui m’a donné la tâche de lui ramener de quoi manger, je remercie mon père de m’avoir autorisé à fréquenter cet étranger, qui parlait peu, mais quand il parlait, disait des choses très intéressantes…

Je ne dois pas oublier de vous dire qu’un jour, en voulant prendre un coupe-faim du panier, j’ai découvert un mot de maman, adressé au père Jacques, pour alléger le poids de sa solitude ; c’est ce qui le faisait sûrement sourire, et c’est pourquoi il se hâtait de soulever le coin de la serviette. Sûrement, un gentil mot était plus rassasiant qu’un morceau de pain. Non, je me trompe, il faut dire : « La pain rassasie le corps, mais les gentils mots rassasient le cœur, l’âme, et les deux sont nécessaires pour le bien-être de la personne »

 

  • Auteur : Rmili Fatiha
  • Date de parution : 19/03/2017
  • Thème : La vie en société
Vous avez aimé ce texte, partagez-le !
FacebookTwitterGoogle+
14+
Updated: 23/08/2018 — 08:21

2 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. Coeur Angelique

    La parole est l’arme la plus puissante, elle peut faire ce que les fusées ne peuvent pas,combien de bonnes relations d’amitié, d’amour ou de mariage ont été détruites à cause d’un mot !!!!!
    Vraiment un très beau conte.

    Algérie

    Algérie

  2. J’ai bien aimé le conte. La morale appelle au calme et au raisonnement avant l’expression. Je pense qu’il est écrit pour les jeunes et les adultes.

    France

    France

Laisser un commentaire

Copyright © 2017-2018 . N° ISSN : 2554-7178 Chartes Infos légales Politique de confidentialité
error: Contenu Protégé !!