Arche de Noé

Bibliothèque numérique

Un baiser.

Je partis en pensant : « Il m’a embrassée », et sûrement de son côté, il pensait : « Je l’ai embrassée », et le premier texto que nous allions envoyer à un copain ou une copine serait : « Nous nous sommes embrassés ! » Un évènement ! Certes, puisque c’était la première fois que cela se produisait, et que cela signifiait bien des choses…

La première nuit, ou les heures qui suivirent, je ne ruminai que ce qui s’était passé, avec une grande envie que cela se reproduise, une deuxième, une troisième fois. Parfois, je me sentais coupable, parfois victime. Coupable d’avoir trahi mes parents et de leur avoir caché ce que j’étais en train de vivre, de faire, et victime de ne pas être accompagnée dans cette période de ma vie. Parfois, je traitais mes parents d’incompréhensifs, je les culpabilisais de refuser indirectement de fêter avec moi ce bonheur intense, ce changement radical, pas seulement dans ma vie, mais dans mon corps et le fond de mon être aussi. Toute seule, je faisais avec les moyens du bord, souvent, je me laissais guider par mon instinct…

Derrière un baiser se cache une petite aventure, qui peut avoir lieu des jours après, parfois des semaines et parfois des mois, cela dépend de l’ardeur du ressenti de l’un envers l’autre… une petite aventure, un petit peu délicate, surtout quand c’est pour la première fois. C’est comme si l’on montait dans une petite barque, sans rames et que l’on se laissait emporter au gré du courant. Les pensées allant dans tous les sens, je me sentais grande, responsable, je faisais ce que je voulais et comme il me semblait bon, mais au fond, je souhaitais que mes parents soient près de moi. Je continuais seule dans la barque, le courant m’envoyant vers le rivage gauche, et dès que je m’apprêtais à descendre, à poser les pieds sur la terre ferme, il faisait un tour de 360° et me dirigeait vers l’autre rivage… Oh ! Qu’est-ce que c’était bon, qu’est-ce que c’était …

Pourquoi me cacher ? Étais-je vraiment coupable ? Quel lourd fardeau je portais silencieusement, et quelle honte m’envahissait quand je regardais l’un de mes parents droit dans les yeux ! Fort heureusement, ils ne lisent pas dans les pensées… J’aurais été prise au dépourvu… C’est vrai, il m’arrivait plusieurs fois de leur dire avec des regards et avec d’intenses émotions : « Je l’ai fait ! » Ils auraient vite compris de quoi il s’agissait… Mais comment auraient-ils réagi ? Je ne craignais pas qu’ils me grondent ou qu’ils me disent : « Monte dans ta chambre » ou « Tu seras privée du dessert ce soir », mais ce que je redoutais le plus, c’était l’indifférence envers ce que je leur racontais, ce que je faisais, un « Ah, oui » sans rien de plus, alors que c’était énorme, très important pour moi.

Nous faisions comme si de rien n’était et nous ferions ceci, à l’insu des parents pour longtemps. Les choses évoluèrent : ce qui était au début, un événement, n’était plus qu’une habitude, un besoin, enfin du naturel, mais c’était toujours dans le secret absolu, à part quelques copains qui devinaient malgré notre prudence, ce qui se passait entre lui et moi. Pleins de fougue, nous épanchions notre amour l’un envers l’autre, sans modération, ni précaution, et nous retardions, chaque fois, la décision de le révéler à nos parents, de peur d’entendre la phrase culte : « Et tes études, tu en penses quoi ? » ou « Et tes études, tu en es où ? », comme si ce que nous vivions n’avait aucune importance… Mal informés et retardant d’en parler, les choses pouvaient dériver vers de mauvaises conséquences, un impact négatif sur notre équilibre psychique et physique…

Un beau jour, nous décidâmes de les mettre au courant et advienne que pourra… Nos parents étaient présents depuis notre naissance, nous avaient appris à parler, nous avaient appris à faire nos premiers pas, comment tenir une cuillère, comment s’asseoir sur une chaise et même comment tenir un crayon, pour bien nous construire. Ils doivent être là pour nous instruire sur le début de notre âge adulte, sur ce qui est bien pour nous et ce qui ne l’est pas…

  • Auteur : Rmili Fatiha
  • Date de parution : 17/04/201
Vous avez aimé ce texte, partagez-le !
FacebookTwitterGoogle+
6+
Updated: 22/08/2018 — 23:47

2 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. La poesie est ma passion

    Nos parents sont le véritable éden de la vie!
    Merci mamie Fatiha, c’est un choix judicieux.

    Algérie

    Algérie

  2. Parents et professeurs doivent recommander aux jeunes ce site, car je vois qu’il y a des sujets qui répondent à beaucoup de leurs questions. Bonne continuation.

    France

    France

Laisser un commentaire

Copyright © 2017-2018 . N° ISSN : 2554-7178 Chartes Infos légales Politique de confidentialité
error: Contenu Protégé !!