Arche de Noé

Bibliothèque numérique

Tino le pingouin voyageur

Un matin, Tino le pingouin se lève avec une drôle d’idée. Il veut quitter la banquise, et s’installer sur les terres les plus chaudes…

Il réunit tous les animaux qui vivent avec lui dans une bonne ambiance, et leur annonce la nouvelle : « chers amis ! je vous quitte, je vais vivre là où il fait plus chaud ».

L’ours polaire lui demande tout étonné :

– Tu connais des animaux là-bas ?

– Non, mais je vais faire leur connaissance.

– Et qu’est-ce que tu vas manger ? questionne le phoque

– J’ai vu dans un documentaire que dans les pays chauds, il y a des lacs pleins de poissons. Donc je ne manquerai pas de nourriture.

– Je suis venu de très loin, pour passer du temps avec toi, et voilà que tu vas partir en me laissant seul, dit le manchot, d’un air chagriné.

– De toute façon, tu ne pourras pas rester ici plus longtemps, car chez toi, il fait plus froid qu’ici, et tu ne supportes pas ce climat, répond Tino le pingouin.

– Et tu vas revenir nous voir un jour ? dit le morse triste, de voir Tino partir.

– Cela dépend des distances, que je vais parcourir. Si ce n’est pas trop, trop loin, je viendrai vous voir de temps en temps, sinon…

Tino passe la nuit à regarder sur la carte du monde. Quelle direction va-t-il prendre ? Quelle est la région la plus belle, la moins dangereuse, la terre où il y a le plus grand nombre d’animaux, car il veut se faire beaucoup d’amis. Et enfin, il se décide : « je m’envolerai pour l’Afrique ! »

Dans une triste ambiance, le phoque, l’ours, le morse et le manchot qui n’est ici qu’en visite, se réunissent pour dire un dernier au revoir à Tino le pingouin. Chacun lui a préparé un délicieux plat, car la route sera sûrement longue et fatigante. Tino remercie ses amis vivement, leur demande de prendre soin les uns des autres, leur assure qu’il ne les oubliera jamais, et part vers le pays chaud.

Sur sa route vers l’aéroport, qui se trouve à une centaine de kilomètres de chez lui, il rencontre le reine et le loup, se promenant sous la neige. Ils sont surpris de sa décision, mais lui souhaitent quand même un bon voyage, et lui recommandent de faire très attention à lui.

Dès que son avion atterrit, il presse les pas pour descendre et découvrir ce monde, qui l’impressionne tant. Un souffle de vent chaud l’enveloppe, il étouffe… Il reprend ses forces en se rassurant : « Enfin, je ne vais plus frissonner de froid, même s’il fait un petit peu trop chaud ici ». Il voit l’autruche, l’hôtesse de terre, et avance vers elle, avec un sourire splendide. Elle l’accueille en lui demandant : « Mais pourquoi tu transpires ? »

– C’est parce que c’est la première fois que je viens chez vous.

– Tu es là pour faire du tourisme, un documentaire ou des recherches ?

– Ah non, je viens m’installer chez vous. Il paraît qu’il ne fait jamais froid, dans votre pays.

– Oui, il ne fait jamais froid, mais il fait trop chaud quand même.

– Je suis très content, je passerai le reste de ma vie ici, chez vous.

– Avant de te décider, je te conduis à l’hôtel, tu prends un bain de glaçons pour te refroidir, et au crépuscule, je te ferai visiter notre pays.

À l’hôtel, Tino remplit la baignoire d’eau froide, et s’y glisse. Ah ! quel rafraîchissement pour Tino qui vit tout le temps sur la banquise. Au coucher, l’autruche passe le prendre, pour lui faire visiter le pays. Il rencontre l’éléphant, le lion, le tigre, la girafe, le crocodile. Ils sont tous surpris de savoir que Tino veut vivre parmi eux. La première nuit, il est très heureux de voir le ciel bien dégagé, voir une multitude d’étoiles et une belle lune toute ronde, qu’il n’a jamais vue chez lui.

Mais le lendemain, Tino se lève très aminci, fatigué aussi. L’autruche qui revient le voir, remarque son malaise, et lui demande, s’il souhaite consulter un médecin. Il ne répond pas, mais avec des regards tristes, continue à la fixer. Elle prend le téléphone, et appelle le toubib de la savane. Le chimpanzé arrive, ausculte Tino, et dit : « Monsieur Tino le pingouin, chez toi il fait très, même trop froid, alors ton corps produit beaucoup de graisse pour se protéger, mais ici, tu n’as pas besoin de toute cette épaisse couche. Je te donne trois jours, et tu deviendras le pingouin de la Savane. Un pingouin, avec des pattes en palmier mais très, même trop fin. Tu n’auras même pas besoin de trop manger, par contre tu devras beaucoup boire.

Tino n’a plus besoin de remplir sa baignoire de glaçons, il mange moins, boit beaucoup, doit combattre les mouches et les moustiques, ces petites bêtes nuisibles, qui se mettent sur son dos et le piquent, et qui n’existent pas chez lui… Un jour, il se regarde dans le miroir, n’apprécie pas son nouveau look, et prend une décision…

Au crépuscule, il va retrouver tous les animaux au bord de la rivière, et leur annonce : « Chers nouveaux amis, je suis très heureux de vous avoir rencontrés. Vous êtes très gentils, mais la chaleur dans votre pays, ne m’encourage pas à rester plus longtemps, je dois vous quitter. Je retourne chez moi. Sûrement, je manque énormément à mes amis.… »

Le lendemain, au lever du soleil, Tino le pingouin va à l’aéroport en compagnie de tous les animaux. Il leur serre la main, en leur promettant qu’il ne les oubliera jamais, et monte dans l’avion les yeux inondés de larmes…

  • Auteur : Rmili Fatiha
  • Illustrateur : Hamza Rholamallah
  • Date de parution : 19/03/2017
  • Thème : La patrie
Vous avez aimé ce texte, partagez-le !
FacebookTwitterGoogle+
4+
Updated: 23/08/2018 — 00:32

Laisser un commentaire

Copyright © 2017-2018 . N° ISSN : 2554-7178 Chartes Infos légales Politique de confidentialité
error: Contenu Protégé !!