Arche de Noé

Bibliothèque numérique

La semaine du goût

La veille de la semaine du goût, Lise invita son amie Savana à dormir chez elle. Elles étaient toutes les deux impatientes de voir le jour se lever, car tout ne serait pas comme d’habitude à l’école. Elles seraient comme un petit peu chez elles. Elles feraient la cuisine avec leur maîtresse, goûteraient à plusieurs aliments et ne feraient pas de devoirs…

« Allez les chatons c’est l’heure de dormir, j’éteins la lumière ! » dit la maman de Lise avec un clin d’œil.

Tard dans la nuit, Savana fut réveillée par un bruit sourd et des cliquetis. Elle eut peur et réveilla Lise : « Lise, lève-toi un voleur s’est introduit chez vous ! » Lise s’assit et tendit l’oreille… C’est vrai, il y a un bruit bizarre, et des rires en plus, des clapotis… Qui pouvait-il bien être ?  Elle glissa du lit, entrouvrit la porte de sa chambre, et se retourna vers Savana en chuchotant : « Viens voir ! » Après un instant d’hésitation, Savana s’exécuta. Elles virent une petite lueur provenant de la cuisine. Elles avancèrent sur la pointe des pieds, l’une après l’autre et furent surprises, en regardant par la serrure.

Les aliments se préparaient à la semaine du goût ! Chaque aliment allait montrer de quoi il était capable, quel plaisir il procurait aux papilles des humains, qu’est-ce qu’il leur apportait ? Et il y avait beaucoup d’aliments, car la maman de Lise venait juste de faire ses courses. Les légumes et fruits  étaient sortis du frigo, et s’étaient installés partout dans la cuisine. Les friandises, les fruits secs avaient ouvert les placards et avaient rejoint la grande famille. Ils se préparaient dans une ambiance à stimuler l’appétit. Les légumes prenaient un bain dans l’évier, les fruits s’essuyaient avec des serviettes qu’ils avaient arrachées du sèche-linge, et les fruits secs se passaient un coup de séchoir pour se dépoussiérer. Enfin, ils tenaient à être bien présentés.

La gigantesque citrouille aborda le sujet :

– Je suis sûre que les enfants vont m’apprécier. J’ai un goût sucré, une belle couleur orange, je suis riche en fibres, qui facilitent le transit et je suis belle à regarder.

– Nous aussi, nous avons une couleur orange, nous regorgeons de vitamines et nous avons un goût sucré, s’écriaient la carotte, l’orange, l’abricot et le melon.

– Moi, j’ai une belle allure. Je suis mince, élégant, je mets toujours le vert et le blanc comme couleur, je laisse mes cheveux ébouriffés. Je suis très riche en fibres.

– Arrête de te vanter poireau ! Tu as un goût un peu spécial, si on ne te rajoute pas un peu de sel et de poivre, tu es immangeable. Moi, les enfants peuvent me croquer sans m’éplucher, il suffit qu’ils me rincent avec un peu d’eau. Je suis tellement douce, qu’ils me grignotent jusqu’au trognon, dit la pomme fière d’elle.

– Tu n’es pas la seule ! Tu as oublié les membres de ta famille, famille de fruits, dit le kiwi

– Les fruits ? demanda la betterave en remuant ses feuilles vertes sur la tête pour se faire remarquer.

– Oui, nous sommes une famille nombreuse. Il y a ceux qui habitent ici en France et ceux qui viennent d’ailleurs, on les appelle les fruits exotiques.

– Et combien vous êtes, je ne vois ici que la poire, la pomme, l’orange, l’abricot, la cerise, le raisin, le melon et la pastèque ? demanda l’artichaut.

– Et moi ? reprit la betterave.

– Toi, tu es sucrée. Tu peux bien être consommée crue, râpée, que cuite, répondit la pomme.

– Nous aussi nous leur apportons sels minéraux, vitamines, fibres. Tout ce dont a besoin leur petit corps, pour grandir et se renforcer, répliqua le fenouil rond comme un petit ballon de rugby.

– Arrêtez les aliments ! l’ambiance va se gâter, conseilla sagement la pastèque, douce et moelleuse en bouche.

– Tu as raison, pourquoi ne procédons-nous pas à un jeu, en attendant le jour se lever ? dit la pomme de terre.

– Que nous proposes-tu féculent ?

– Je suis un féculent comme tu dis, mais en attendant, les enfants m’adorent. Je peux être frit, gratiné, en purée, en chips, dans un ragoût, et ma cousine la patate douce est utilisée dans le dessert, tellement elle est sucrée.

– Hé, vous nous avez oubliés ? C’est nous qui vous donnons un arôme intervinrent le romarin, le persil, la coriandre, le thym, qui s’étaient penchés par la fenêtre.

– Qui vous a invités ? demanda le poivron tout rouge de fatigue.

– Nous étions tranquilles dans le jardin, en train d’admirer la lune, quand nous vous avons entendus vous chamailler, alors nous avons tendu l’oreille. De toute façon, nous fêterons avec vous la semaine du goût, sinon ça serait injuste.

– Laissez-les entrer, ils nous aromatisent et ajoutent une bonne touche à nos plats, conseilla l’aubergine.

– Et nous, nous ne servons à rien ? À vous entendre, les enfants peuvent se passer de nous, disent le fromage, le lait, et les œufs.

– Nous aussi, si nous ne disons rien, personne ne va nous inviter, intervinrent les amandes, les noix, les noisettes, les dattes et tous les fruits secs.

– S’il vous plaît, il ne reste plus que quelques heures avant le lever du jour, changeons d’ambiance, et chaque aliment nous dira quel goût il a, pria la banane.

– C’’est d’accord, disent ensemble tous les aliments

– Ceux qui ont un goût acide se mettent de ce côté, ceux qui ont un goût sucré se mettent de l’autre côté, et ceux qui ont un goût salé se mettent de ce côté-là. Tous les aliments doivent participer, car tous, nous participons au bon fonctionnement du corps humain, suggéra le navet.

    Lise se retourna vers Savana, sourit et lui dit :

« Nous devons aller nous recoucher, demain, nous découvrirons avec notre maitresse le goût de chaque aliment. Viens, le jour va bientôt se lever ».

  • Auteur : Rmili Fatiha
  • Illustrateur : Hamza Rholamallah
  • Date de parution : 19/03/2017
  • Thème : La santé
Vous avez aimé ce texte, partagez-le !
FacebookTwitterGoogle+
2+
Updated: 02/09/2018 — 20:55

Laisser un commentaire

Copyright © 2017-2018 . N° ISSN : 2554-7178 Chartes Infos légales Politique de confidentialité
error: Contenu Protégé !!